ROSCANVEL.

Pourquoi le lavoir ? Le lavoir est un bassin public alimenté en eau généralement d’origine naturelle. Contrairement à une opinion très répandue, les femmes le plus souvent ne s’y rendaient pas pour laver le linge mais bien pour le rincer car le rinçage nécessitait de grandes quantités d’eau claire, uniquement disponible dans les cours d’eau ou dans les sources captées. Mais les lavoirs avaient également une importante fonction sociale. Ils constituaient en effet un lieu où les femmes pouvaient se réunir et échanger. Le nettoyage du linge étant physiquement pénible, effectuer cette tâche de façon collective la rendait plus facilement supportable : les femmes pouvaient discuter entre elles, plaisanter, chanter. Là étaient échangées les dernières nouvelles du village. (Bulletin municipal )

Beaucoup ont été cimentés au cours du 20e siècle lors de divers travaux d’entretien et, en particulier, ceux effectués après la Seconde Guerre mondiale.

Fontaine du bourg  XVIIe.

Au centre du bourg de Roscanvel, en contrebas de l’aire de repos. Les eaux alimentent un premier lavoir qui lui-même en dessert deux autres. Les habitants de la région venaient boire l’eau de cette source pour arrêter les fièvres.La modernité viendra, par exemple, en 1961 en Roscanvel au Nord de la Presqu’île de Crozon. Une eau courante tardive alors qu’à la fin du 19ème siècle les pouvoirs publics recommandent de ne pas consommer l’eau de la fontaine Saint Eloi au cœur de la commune dont les eaux traversent le cimetière. Les villageois n’avaient pas le choix et ont patienté environ 80 ans pour voir l’eau couler du robinet dans la cuisine.(presqu’île-de-crozon.com)

 La fontaine de Quélern

Elle est  construite en pierres de taille posées directement sur la grève. Une avancée à fronton triangulaire abrite l’orifice par lequel l’eau s’écoulait. Les bassins de décantation permettaient de concentrer le fer dans l’eau. Des glissements de terrain ont aujourd’hui tari la fontaine, mais la source continue de couler près de la fontaine. Menacée par l’écrasement d’un arbre et l’érosion marine, elle risque aujourd’hui de disparaître.

Lavoir de Tregoudan

De ce lavoir, il ne reste que des vestiges. En s’enfonçant dans les bois on en trouve un autre.

Lavoir de Kervian

Il est au milieu du village. La fontaine qui l’accompagnait a disparue.

 Lavoir de Tregar

Il date du début du XXe. Il est entouré de vieux arbres et accompagné d’un puits.

Fontaine de la Fraternité

Un peu plus haut que le fort un chemin caillouteux monte vers la campagne. Juste en face on trouve un petit chemin de terre. Au bout une clairière dans laquelle se blottit la fontaine dont les eaux alimentent un petit lavoir. Récemment restauré, les cultivateurs viennent y puiser l’eau pour leurs bêtes.

Lavoir de Quimpérou

La fontaine lavoir de Quimpérou est un petit filet d’eau jaillissant d’une source à 100 mètres du bord de mer au niveau du fort de la Fraternité,  à proximité du ru Ragadal *non loin du moulin à eau de Quimpérou.  Un peu plus en aval, une retenue d’eau fut construite. Le Ragadal tout proche, passe sous un pont, en hiver…

roscanvel

Cliquer pour faire défiler les photos

Fontaine de Kerguiniou

Le lavoir et sa fontaine sont dans une clairière, à gauche du virage. C’est un point d’eau modeste, comme il en existait beaucoup, mais qui offre l’avantage de ne jamais se tarir, curieusement couverte d’une pierre tombale en ardoise. La route qui longe le marais et sa roselière, est bordée de chênes et surtout de saules Sur la gauche, on pourra se rafraîchir à la fontaine Raphaël (Guillou), du nom du cantonnier qui l’entretint avant et après la première Guerre Mondiale.

Fontaine de Kerguiniou

Le lavoir et sa fontaine sont dans une clairière, à gauche du virage. C’est un point d’eau modeste, comme il en existait beaucoup, mais qui offre l’avantage de ne jamais se tarir, curieusement couverte d’une pierre tombale en ardoise.

On l’appelle aussi fontaine Raphaël (Guillou), du nom du cantonnier qui l’entretint avant et après la première Guerre Mondiale.

Fontaine lavoir de Kerviniou

Fontaine de Pont-Scorff

 Aujourd´hui à l´abandon, la fontaine de Pont-Scorff ne présente plus qu´une buse dans une pierre sur la grève, en bas de l´escalier menant à celle-ci. Aujourd’hui à peine visible dans les ajoncs et les ronces. Un vaste champ, avec une maison est le repère. Un sentier le long de la maison descend vers la grève. Un bloc de béton est  là,  on trouvera la fontaine sur la droite.

Fontaine à Mencaër

Au Hameau il faut emprunter la route caillouteuse. Une modeste fontaine est là, émergeant du talus. Elle alimente un ruisseau qui court à travers le bois.

Lavoir rue du Lavoir

Fontaine de la Vierge

Fontaine Fontaine de Kéruzou

Le hameau est au nord du bourg.

Le Gouerest

Il faut prendre la rue du Menez. La fontaine et son lavoir sont toujours entretenus par les habitants. Ils se trouvent sur la gauche.

Fontaine du Stiff

Non loin de l’ancien fort du Stiff à l’ouest de la pointe des Espagnols.

Fontaine lavoir Len Baol domestique.

lavoir.

  Fontaine du Menez

Elle alimente un abreuvoir  sur le terrain du chemin du Penker

roscanvel2

Cliquer pour faire défiler les photos

Lavoir de Kervian

Le lavoir se situe au centre du village.

Lavoir du Penker

Sur le terrain du chemin du Penker. Le lavoir est très ancien, creusé à même sur la source. Il a été aménagé de pierres en 1921 pour le confort des lavandières. Il a deux bacs et a été muni d’une pompe vers 1951.  Présence aussi d’un abreuvoir. Dont l’alimentation se fait par le ruisseau descendant de la fontaine du Menez.

 Lavoir de Ladoën

Fontaine du Rubon

Lavoir pointe des Espagnols

Il est sur la grève. On y accède par un petit escalier. Il ne reste plus que des vestiges de ce lavoir. Un second lavoir se trouve près de l’ancien four à chaux. Nous sommes à Postermen.

Toujours pointe des Espagnols, une seule maison subsiste et  un bloc de béton  construit pendant la seconde guerre mondiale par les Allemands à usage de réserve d’eau est alimenté par la fontaine. Lavoir et fontaine sont aujourd’hui enfouis sous la végétation.

Lavoir de Fort Robert

Construit  sous l’Occupation, il est tapi dans les arbres. On y accède par le petit sentier qui conduit au fort. (MF Bruneau)



LANVEOC.

Les lavoirs de la commune ont été créés ou remis en état durant les années 1950.

Au bourg

On trouve en centre bourg deux lavoirs communaux. Le premier non loin de l’école primaire, antérieur à 1900. Il est alimenté par la fontaine qui se trouve au-dessus de lui.

Fontaine ar Gall  Fontaine du Français

C’est la fontaine qui alimente ce lavoir situé en contre-bas. Le site est aménagé par les propriétaires actuels.

Le second lavoir Fontaine « Mez don »

Son nom Mez-Don, le champs profond en breton du fait de son emplacement très en deça de la route qui descend au port. Cette fontaine alimente un lavoir.  La fontaine est une belle fontaine à pignon, le tout en pierres finement taillées.En fait il y a deux alimentations, deux fontaines, très différentes qui alimentent chacun un bassin.Des plantes remarquables y ont été répertoriées. L’escalier d’accès à été sécurisé. Pour le trouver il faut prendre la direction de l’espace nautique en suivant le côté gauche de la route. 

Lavoir Fontaine « Ar Menez »

Il est sur les hauteurs du bourg, menez en breton signifie montagne. En direction de l’école navale. Se diriger vers la Poste et continuer jusqu’aux maisons. L’eau de la fontaine était réputée comme très pure. Le lavoir est alimenté par l’eau de la fontaine. C’était également un lavoir communal, muni de deux bacs lavage et rinçage. Le lavoir aujourd’hui à subit les affres des pelleteuses et a été enseveli pour les besoins routiers.

Lavoir du Port

lanvéoc1

Cliquer pour faire défiler les photos

Dans les villages

Lavoir de Pen ar Ro

En direction du Fret.

Lavoir de Kertanguy

Il y a en fait un grand abreuvoir transformé en lavoir à hauteur d’homme. Il possède quatre bacs. La décision de construire un lavoir à Kertanguy date de juin 1962.

Lavoir de Penzer

Sur les deux lavoirs primitifs, il n’en reste qu’un surélevé et en ciment. Il est alimenté par la fontaine qui le jouxte.

Fontaine de kergueréon

La source de Kerguéréon est une ressource d’eau douce typique de la presqu’île de Crozon. Au niveau de l’émergence de l’eau, une fontaine à deux pans avec son accès par marches pour descendre et puiser l’eau avec un seau… En léger contrebas, un petit abreuvoir cerné de quelques pierres qui durant des siècles devait suffire à faire boire deux ou trois vaches. Quand le troupeau s’est agrandi, il a fallu penser à un abreuvoir surélevé en béton pour qu’un troupeau plus conséquent puisse boire. Enfin, plus bas encore, sur le même ruisseau qui « tombe » à la mer, un lavoir cimenté au 20ème siècle. 
Trois nécessités d’eau étaient ainsi comblées, la consommation humaine, la consommation animale et le lavage du linge. Cet ensemble devait constituer l’alimentation en eau potable du hameau de Kerguéréon, un quasi luxe car certains villages en presqu’île n’avaient pas cette commodité. (CC Crozon)

Lavoir de Kerguéréon  

Le Point d’eau en dehors de la fontaine qui a du servir d’abreuvoir et de lavoir à une époque de faible densité de population. L’abreuvoir du 20ème siècle correspond à l’augmentation de la population locale suite à la construction de la base navale du Poulmic à proximité. Les troupeaux sont plus conséquents, ils paissent sur les terres de la BAN, juste avant la seconde guerre mondiale. Les barres horizontales supportaient le linge lavé. Lavoir à un seul bassin.

Lavoir de Kersimon

La fontaine de Kersimon est au bord de la route qui mène de Tal-ar-Groas à Lanvéoc. L’ensemble lavoir-fontaine de Kersimon sis en bordure de la départementale 63, mérite une halte. Le saint qui orne le fronton avait naguère sa place sur un calvaire dressé de l’autre côté de la route. Il s’est trouvé transporté à la suite de la démolition de l’ouvrage à sa place actuelle.Durant l’occupation, les troupes allemandes agrandirent la fontaine dont l’eau était réputée excellente.Remis en valeur récemment par la commune, un muret de pierres protège l’ensemble lavoir-fontaine inclus dans l’un des circuits touristiques. La fontaine alimente le lavoir à deux bacs.

Lavoir de Grand Launay

Le lavoir est situé à l’entrée du village. Une barrière en bois le protège.

Lavoir de Saint Efflez

Lieu fréquenté à l’époque romaine comme en attestent les vestiges. Le lavoir est situé au bout du chemin de droite, dans une prairie.

Fontaine lavoir de Luguniat

En direction d’Argol , le hameau est non loin du bois de Poulmic. Il faut emprunter la route du Stang et le chemin de randonnée GR 34. La fontaine est à environ 500m. sur la gauche. C’est un édifice en pierre  couvert par un toit de verdure. Le lavoir desservait le village.

lanvéoc2

Cliquer pour faire défiler les photos

Lavoir de Kergrigant

Le village est à 200m, et le lavoir en pierre enfoui sous la végatation n’a plus d’utilité.

Abreuvoir Bostang

Le village de Kerbaval n’est pas loin. Il y avait là un lavoir et un abreuvoir pour ces deux villages. Le lavoir a disparu, reste l’abreuvoir.

Fontaine Hellen

A l’entrée du bourg en venant de Tal ar Groas, et dans la rue Hellen, qu’il faut suivre jusqu’au bout. Prendre à droite et à gauche un petit chemin qui entre dans le sous-bois. C’est ici le site du  manoir du Hellen. Aujourd’hui cité pavillonnaire. Le toit a été recouvert d’une couche de ciment. Un linteau droit le soutient. Bottes. La fontaine du Hellen fut installée durant l’activité de la ferme du manoir soit supposément lors de sa construction au 17ème siècle. Une fontaine est l’unique point d’eau potable pour la consommation humaine et animale ainsi que les nécessités d’hygiènes humaines et ceci parfois pour un périmètre très large tant les possibilités d’eau potable en presqu’île, avant l’avènement de l’eau courante, étaient peu fréquentes. L’apparence actuelle de la fontaine de Hellen est issue d’un aménagement moderne qui n’a rien à voir avec l’aspect d’origine. Cet ancien point d’eau vital est sur une propriété privée à l’extrémité de la rue de Hellen en Lanvéoc.

 Lavoir de Kergalet

Construit vers 1950, c’est un lavoir communal.

Lavoir de Guernigenet

Lavoir de Kersouanec

Leur dernière remise en état date de 1956.

 



LANDEVENNEC.

Lavoirs de Kerraoul

Un paysagiste s’est installé dans le hameau, le lavoir se trouve sur la propriété.

Lavoir de Gorreguer

En direction du belvédère, le hameau abrite son lavoir.

Lavoir Bellevue

En direction de Crozon dans ce quartier, le lavoir se situe dans les bois. Construit dans les années 50, il est surélevé d’une dalle en béton.

Lavoir et fontaine de l’abbaye

C‘est sûrement le plus ancien de la commune. Il a bien sûr été édifié par les moines. Il se trouve dans la parcelle devant l’abbaye.Il semblerait que le lavoir ait servi jusqu’au XIXème siècle au rouissage du chanvre alors très cultivé … Une légende s’y rattache. L’eau du lavoir serait miraculeuse. St Guénolé en plantant son bâton ici aurait fait jaillir la source.

La fontaine de la chapelle du Folgoat

Elle est à 10 mètres du ruisseau qui va se jeter dans la retenue de Moulin-mer. Une telle source assurait une eau claire permanente bien que fournissant un filet d’eau. Le ruisseau quant à lui pouvait avoir un débit très variable en fonction de la pluviométrie et contenir des impuretés que la population redoutait. Faire bouillir de l’eau était impensable ou presque par manque de bois de chauffage. Présence de pierres taillées en Kersanton. Est-ce le fait de la rénovation de la chapelle ou un vestige d’un aménagement antérieur de la fontaine qui souvent exposait un saint dans une niche. Dans ce quartier deux lavoirs rattachés au moulin L’un sur la grève n’est plus que ruines et l’autre à disparu.(CC Crozon)


landevennec

Cliquer pour faire défiler les photos

Lavoir du Stivel Bère pour le souvenir

Ce lavoir semble avoir disparu, mais il nous en reste une trace par la photo.

Stivel bère



CROZON.

L’approvisionnement en eau a toujours été un enjeu majeur en presqu’île, en raison de faibles réserves souterraines. Jusque dans les années 50, les habitants s’approvisionnaient grâce à des fontaines alimentées par des sources ou à des puits creusés dans les fermes ou dans les bourgs, puisant dans les nappes souterraines. Les nombreux lavoirs, fontaines et abreuvoirs présents en presqu’île, parfois dans des endroits éloignés des hameaux, révèlent l’importance qu’avait chaque point d’eau.

En 1976, l’abbé Pierre Graveran (1899-1977) décrit la pénurie d’eau qui sévissait dans le bourg de crozon du temps de sa jeunesse : «Donc, en tout et pour tout, deux puits municipaux pour approvisionner en eau la population du bourg. chaque année, en été, c’était plus qu’insuffisant d’autant plus que, dans le bourg, à cette époque, il y avait sept vraies fermes. Chaque ferme élevait cinq à six vaches (…). Les deux puits n’arrivaient pas à fournir l’eau nécessaire et chaque jour, les pompes étaient fermées au moyen de chaînes et de cadenas. chaque matin, le garde-champêtre, sa plaque bouclée sur le bras, sortait de la mairie vers huit heures et venait, avec toute sa majesté, enlever chaînes et cadenas. Mais bien avant l’ouverture des pompes, une longue queue de personnes attendait l’arrivée du garde-champêtre, chacun avec des brocs et des seaux pour recevoir sa ration. »

( CC Crozon)

Au bourg.

Fontaine sur la place

Cette fontaine décorative se trouve sur la place principale de Crozon.

Lavoir de Keramprovost.

A côté du Centre Leclerc, il est alimenté par une fontaine. La fontaine alimente le grand lavoir  à deux bacs tout en longueur.

Lavoir rue Alain

Lavoir de Kenvor

Dans un lotissement récent.

crozon1

Cliquer pour faire défiler les photos

En campagne

La presqu’île de Crozon manquait d’eau douce parfois de sorte que le moindre point d’eau était vital et sa gestion drastique. Les animaux boivent avant d’aller au pré le matin et avant de rentrer à l’étable le soir en ce qui concerne les vaches à traire. L’alimentation en eau douce et potable en presqu’île de Crozon fut dans les siècles passés une difficulté quotidienne. Toutes les maisons n’ont pas un puits. Du fait de la pureté supposée de la source par rapport à celle de l’eau d’un ruisseau, celle-ci faisait l’objet d’un culte spécifique bien avant la christianisation de la Bretagne. Chaque source captée avait donc une valeur païenne basée sur des protections ou des pouvoirs bénéfiques pour qui en consommait. Ceci n’échappa pas aux premiers ecclésiastiques, souvent venus des îles britanniques, qui tentèrent de s’approprier les vertus supposées pour leur adjoindre une puissance chrétienne supérieure symbolisée par une chapelle judicieusement construite à proximité. D’un simple trou d’eau naturel, selon les moyens financiers des commanditaires, la source était aménagée en fontaine dédiée à un saint protecteur. Seul point d’eau des alentours, les habitants, souvent les femmes, portaient des seaux en bois et se signaient avant de revenir à demeure très chargées. Nombreuses sont les sources qui se tarissent en été. En période de forte sécheresse, l’alimentation en eau se fait par bateau citerne au cours du 19 et 20 e siècle. La création d’une fontaine, même à plusieurs centaines de mètres de son lieu de vie, est une bénédiction. La modernité viendra, par exemple, en 1961 en Roscanvel au Nord de la Presqu’île de Crozon. Une eau courante tardive alors qu’à la fin du 19ème siècle les pouvoirs publics recommandent de ne pas consommer l’eau de la fontaine Saint Eloi au coeur de la commune dont les eaux traversent le cimetière. Les villageois n’avaient pas le choix et ont patienté environ 80 ans pour voir l’eau couler du robinet dans la cuisine..

Fontaine-lavoir du Yunig

Lavoir et fontaines construits à la fin du 19e siècle, dans le quartier du Yunig (petit marais en breton), à l’ouest du bourg,dans l’impasse du même nom. Haut lieu de ravitaillement jusqu’en 1957 avant l’adduction en eau potable du bourg par raccordement à la commune d’Argol. La fontaine-lavoir du Yunig est un lieu de convivialité et de ravitaillement important jusqu’au milieu du 20e siècle. La présence d’un double lavoir couvert témoigne du rôle joué par ce site dans la communauté crozonnaise. Il a été récemment restauré. (CC crozon)

 Fontaine du Yunig

De plan carré, la fontaine est construite en pierre de taille et en moellon équarri de granite, couverte d’un toit à quatre pans en moellon. Elle alimente le vaste lavoir divisé en quatre bassins : deux bassins de lavage et deux bassins de rinçage plus grands. Ce lavoir était autrefois couvert comme en témoigne les murs en moellon qui clôturent l’ensemble. C’est un des plus grands lavoirs de la presqu’ile. À proximité, une seconde source alimente les prairies. 

Lavoir de Saint Guénolé.

En sortant de Crozon après le centre commercial par la rocade, à deux km sur la gauche Le village de st Guénolé est indiqué. Il y eu une chapelle. Le premier lavoir est doté d’une fontaine construite en pierres. Il est très ancien (1850) Il a été complété par un second.

Fontaine de Postofort

En allant vers Postolonnec, et à quelques mètres avant le centre de vacances, fontaine et lavoir sont enfouis sous la végétation.

Fontaine de Lamboëzer

C‘est une fontaine domestique.  A partir de la D 887 au rond point avant le bourg.

Fontaine d’Hirgars

Fontaine aménagée au nord d’Hirgars, dans le bois qui jouxte le manoir, peut-être au 18e ou 19e siècle. La fontaine est un simple trou d’eau délimité par quelques moellons de grès. Deux murets parallèles en moellons sont construits à l’avant de la fontaine et délimitent une sorte de bassin.  Nous ne sommes pas loin de l’anse de Poulmic.

Fontaine du Stiff

De plan carré , elle est couverte d’un toit à quatre pans en pierre de taille. Elle a été restaurée en 1989.Nous sommes sur la grève nord de l’Ile Longue. Elle était entièrement recouverte lors des grandes marées. Les lavoirs étaient alors utilisés ici selon les marées et les saisons..

Pompe

Au carrefour de la route du Fret et du village de Pen ar Poul., seul témoin d’un lavoir aujourd’hui comblé.

Un second lavoir se trouve plus loin en descendant vers la grève, un peu en retrait, dans la verdure.

Lavoir de Tal ar dec’h

Il est au centre du hameau, sur une propriété privée.

crozon2

Cliquer pour faire défiler les photos

Quartier du Fret

Lavoirs de Kerveden  

Ils sont dans un grand virage entre deux maisons, un petit chemin y mène. Fin XIXe.

Fontaine du Roi.

On la trouve non loin du quartier du Zorn, par delà la route D55B, dans le bois. Les vaisseaux qui venaient faire escale aux abords de côtes, mouillaient l’ancre dans l’anse du zorn. Le plein d’eau y était à l’aide de fûts qui, une fois pleins étaient roulés sur le chemin du retour vers le mouillage.

Lavoir Collauber

Après les dernières habitation de Tal ar dec’h, il porte le nom de son constructeur, il est muni de deux bacs. On le nomme aussi lavoir de Rostellec. Il est à une dizaine de mètres sur la gauche. C’est le 3e de ce hameau. Il est « posé » sur un ruisseau avec ses deux bassins, l’un pour le lavage, l’autre pour le rinçage. Un lavoir encore en usage en 1963 qui a été en 2004  dégagé de la végétation. C’est un lavoir entièrement cimenté, il a donc subi une rénovation au mortier comme bien des lavoirs de la presqu’île au cours du 20ème siècle durant lequel, les surfaces planes et régulières obtenues paraissaient d’une grande modernité pour un coût de revient économique.

Lavoir de Saint Driec

Par la  D55B en direction de Rostellec Il est doté d’une fontaine et d’un abreuvoir.

Fontaine saint Philibert

Fontaine lavoir Saint Fiacre 17e

En venant de Crozon par la D 355 à partir du bourg de Crozon, prenez la direction Le Fret/ Lanvéoc ; à 2 km environ, vous verrez la direction Saint-Fiacre.La fontaine est à l’entrée de Saint Fiacre.La fontaine est  constituée de trois fontaines accolées. Elles possèdent un mur plat avec une niche droite et un toit en bâtière. Trois niches et trois portes. Il n’y a pas de saint. Une pompe a été installée accolée au mur arrière de la chapelle. La source, abondante, se déverse dans le lavoir. Elle est pompée au cours de la Première Guerre mondiale pour approvisionner le camp des prisonniers allemands de l’ile Longue. En plongeant dans le lavoir après les vêpres, les pèlerins imploraient saint Fiacre de les préserver de la gale et de la peste.

 Fontaine lavoir saint Fiacre village

Celui ci est le deuxième du hameau.

Lavoir de Mesnod

Sur la D 355 à la suite de Persuel vers saint Fiacre. Une seule maison dans ce hameau et son lavoir en bas du champ. Lui est adjoint un puits en pierres visible de la route. Le tout est sur une propriété privée.

Fontaine de Persuel

Lavoir abreuvoir par la D 355. Il est situé au milieu du village. Un abreuvoir l’accompagne.

Lavoir de Kersimon et fontaine

Lavoir de Kerberlivit

Lavoirs de Levrez

Deux lavoirs dans ce hameau, le premier sur la gauche et le second à droite à quelques mètres. Ce dernier est accompagné d’un abreuvoir.

Lavoir de Quezédé.

Une fontaine existe toujours, dédiée à st Germain, elle avait le pouvoir de guérir les cochons. Le lavoir a été construit aux abords de la fontaine dans les années 1900.

Lavoir et Fontaine de Gaoulac’h

 En direction de la plage du Goulien. La route sépare la fontaine du lavoir.

 Lavoir et fontaine de Goulien

Plage du Goulien près du camping de la plage. Un chemin mène au terrain de camping caravaning. On prendra à droite dans le bois. La fontaine est sous le feuillage. Lelavoir est là aussi, encore visible.

Lavoir de Kerellou

L‘eau lui est amené de la source par un long bac cimenté.

Lavoir de Kerrellot Treflez

Le lavoir est à l’entrée du village. L’abreuvoir est encore visible ainsi que le lavoir en contrebas.

Lavoir de Kersuet.

Dans ce tout petit hameau le lavoir est à son image, petit avec un seul bac.

  Lavoir de Kersiguénou

      En direction de la Plage.

Lavoir de Lescoat

Dans les bois qui entoure le manoir.

Fontaine Lavoir de Saint Jean Leidez

Au hameau le lavoir n’est plus que souvenir. L’eau de la fontaine s’y écoule. Il y avait ici deux lavoirs et une chapelle, détruite durant la seconde guerre mondiale.

Fontaine lavoir de Perros Poullouguen

Par la D355 en direction de l’étang de Kerloc’h. Il est à la sortie du village.

Lavoir de Poullouguen

Enfoui sous la route, et situé près d’une fontaine subsistante.

crozon3

Cliquer pour faire défiler les photos

Quartier de Tal Ar Groas

Lavoir de Poraon.

Lavoir communal en descendant vers l’aber.

Lavoir de Trélannec.

Au centre du village. Construit vers 1950 et d’utilité publique. Il faut se diriger ver l’aber à partir de Tal ar Groas.

Fontaine lavoir de Trébéron

Présence d’un abreuvoir sur le côté droit de la fontaine. Il est au manoir du même nom aujourd’hui disparu. Subsiste la chapelle privée et les murs de la propriété ainsi qu’une fontaine dite Saint Jean.

Lavoir de Kervezennec.

La fontaine sainte Anne alimente le lavoir et l’abreuvoir. Pour y accéder, il faut passer par une propriété privée.

Lavoir de Keradennec.

Il est construit en bas du village. Il est alimenté par une très belle fontaine dédiée à st Yves.

Lavoir de Ranvédan

Dans sur la ferme dans les bois. L’accès en est difficile, nous sommes sur un terrain marécageux.

Lavoir de Le Véniec et Lesquivennec.

Abreuvoir et lavoirs alimenté par une fontaine.

Lavoir de Raguenez

Le sentier est raide pour y accéder. Il surplombe la plage de la Source. En contrebas se trouve ce petit lavoir. La source passant en dessous, les habitants ont canalisé l’eau avec des galets formant ainsi le lavoir. La fontaine est couverte en moellon de grès armoricain. Le lavoir est composé de deux bassins : un premier bassin rectangulaire de petite taille, suivi d’un grand bassin en moellon cimenté. La fontaine est aménagée sur la grève, au pied d’une falaise, grossièrement taillée dans la roche de manière à créer un bassin destiné à retenir l’eau qui suinte sur la paroi rocheuse. ce site a probablement servi pendant des dizaines de siècles.

Lavoir de Lesquervenec

Par la D 887 en direction de Telgruc.

Lavoir de Kerglintin Treboul.

En haut de la falaise qu’une centaine de marche sépare de la grève. Nous sommes au-dessus de la plage du Poul.

Lavoir de Randevan.

Dans la ferme par la D 87 à partir de Tal ar Groas.

 Kerello Trémet avec ses 2 puits

crozon4

Cliquer pour faire défiler les photos

A Morgat

Lavoir de Landromiou.

Au cœur du village après avoir contourné le manoir. Ce Lavoir communal, est entre deux propriétés, on y accède par une venelle

Lavoir à l’entrée de Morgat sur la droite.

En venant de Corzon, il est encore utilisé.

Lavoir

En haut d’une petite route en lacet après la place en longeant le quai. Seule la fontaine subsiste du dernier vestige du lavoir.

La source de la Montagne*

C‘était  une eau claire providentielle pour l’alimentation des hommes et des bêtes que l’on aménagea en lavoir. Le temps des lavoirs étant éteint, on combla celui-ci et on obstrua la fontaine. Aujourd’hui de la fontaine il ne reste qu’un mur mort, pourtant des générations de Morgatoises ont lavé le linge et partagé des secrets de femme en ces lieux. 

* La Montagne désigne une hauteur de colline en retrait du môle. (CC Crozon)

 Fontaine du port

Montez la rue du Cap de la Chèvre. Prenez la 1ère rue à gauche (Pors Léon), et suivez-la jusqu’au bout. Il y a là un banc, sous la fontaine, si vous êtes fatigué… En longeant le quai, face au môle.C’est la Fontaine du Port.

La fontaine du port de Morgat est parfois associée, dans certains écrits non certifiés, à l’existence de la première chapelle Sainte Marine aujourd’hui disparue dont l’emplacement se situait à l’hôtel des Flots non loin de là. La procession du pardon de Morgat passait devant aussi, certains baptêmes de chaloupe avaient lieu aussi sur le quai. Sans parler de fontaine de dévotion, elle aurait donc pu avoir quelques utilités religieuses mais l’usage semble perdu ou incertain. Par contre l’utilisation pratique de ce point d’eau douce pour les réserves d’eau des navigateurs qui s’éloignaient longtemps de la côte est très probable à une époque ou l’eau potable au robinet n’était même pas imaginable. Disposer d’une eau potable au pied du môle fut certainement une commodité appréciée. Et qui sait si l’emplacement même du môle ne fut pas partiellement guidé par cette proximité naturelle ancestrale…

Au milieu de nulle part, souvent envahis par la végétation, vous pouvez rencontrer les vestiges des fontaines oubliées parfois accompagnées d’un lavoir. Le témoignage d’une vie ancestrale rude au cours de laquelle une goutte d’eau avait de l’importance. (CC Crozon) 

morgat1

Cliquer pour faire défiler les photos

Dans les villages de Morgat

Fontaine lavoir de saint Hernot

En direction du Cap de la Chèvre par la D 255. Le lavoir est sur la gauche après les habitations, il est accompagné d’un abreuvoir et d’une fontaine.

Fontaine de kerdreux

Il faut se diriger vers le dolmen, et continuer tout droit vers la mer. La fontaine alimente le lavoir. Il est sur un PR menant à la mer plage de la Pallud .     

Fontaine près de Rostudel appelée Saint Nicolas

Le village est classé. L’accès au lavoir du hameau est difficile. Il faut prendre le sentier sur 1km pour arriver sur les ruines de l’ancien site militaire : la caserne st Nicolas. Le lavoir est à droite sous les arbres.. En contrebas un abreuvoir, en continuant sur le sentier vers la mer.Le sentier mène ensuite vers la fontaine qui a été dégagée de la végétation.

 Lavoir et fontaine de Saint Norgard

Appelée Fontaine du Yeun,

Sur la d55 grand route a Menesguen prendre à gauche après les maisons le sentier en descente. On aperçoit le lavoir et la fontaine qui l’alimente qui servait aux aux villages de Kergonan, keravel et Kerroux, ainsi qu’à Menesguen. La fontaine se trouve entre Ménesguen à l’ouest  et Kerdreux dans la lande. Le lavoir est perdu dans la verdure, on peut y accéder par un sentier qui part du village et longe la falaise. La fontaine se déverse dans la lavoir,un bassin étroit bordé d’un appui en moellon est alimenté par la fontaine. Fontaine domestique couverte en moellon de grès avec linteau légèrement cintré. 

C’est l’exemple du point d’eau d’antan. Une voûte en grès qui verse son eau dans un trou. Une pierre plate pour s’y tenir avec son seau et ceci en pleine nature, au cœur de la lande quels que soient la saison, le vent, la pluie…Un abreuvoir au bord du chemin au cœur du hameau de Lesteven proche du Cap de la Chèvre. Son encoche de trop-plein est sur le petit côté gauche. Le rû saisonnier poursuit sa course au delà avant de se jeter dans la mer plus au loin. Ces abreuvoirs sont posés sur un ruisseau dont ils retiennent l’eau et laisse échapper le trop-plein par une légère échancrure sur le bord haut opposé de l’entrée de l’eau. Cette dernière est ainsi en constant renouvellement. Sans doute ces abreuvoirs communs à plusieurs fermes étaient-ils dimensionnés sur mesure en fonction du cheptel local.(CC Crozon)

  Lavoir pointe de Dinan

Il se trouve dans un virage accentué avant d’accéder à la pointe. Un sentier fermé par une barrière permet l’accès. Les lavandières y étaient protégées du vent par un mur de ciment.

Fontaine Lesteven

Au Nord du hameau de La Palue.Fontaine lavoir et abreuvoir probablement construits au 19e siècle à la périphérie nord du hameau, en contrebas. La route du lavoir emprunte un chemin privé.  Les bassins du lavoir ont été cimentés dans les années 1950. La fontaine et son lavoir sont en bas sur la droite. Il faut prendre le sentier qui descend à la plage. La fontaine est un peu en retrait. Elle est délaissée et émerge à peine de la végétation. Fontaine couverte en moellon de grès avec petit bassin de récupération des eaux aménagé devant. Un système de rigoles permet d’alimenter les deux bassins du lavoir : premier bassin de lavage de petites dimensions associé à un second bassin de rinçage plus grand.

A Lesteven, les habitants manquent d’eau de proximité ainsi il est décidé de creuser un nouveau puits. Creuser dans le sable plusieurs mètres n’enchante personne. Lesteven est bâti dans les arrières dunes du littoral, dans la lande. Il est difficile de déterminer un lieu parce que la plupart des eaux de surface sont des eaux de ruissellement dues à la pluie. Nombreux sont les points d’eau en presqu’île qui sont saisonniers. Au Nord du village sur une dune en pente douce vers la mer, quelques habitants repèrent un filet d’eau permanent. Il est décidé de creuser non pas en grande profondeur mais en remontant le cours de l’eau. Les habitants se sont retrouvés nez à nez avec les vestiges d’un calvaire très incomplet et une fontaine en parfait état qu’il a simplement fallu désensabler. La joie fut grande au village et les anciens se souvinrent qu’il y avait eu dans le temps une fontaine miraculeuse. Plus tard, on construisit un abreuvoir et un lavoir. Un lavoir à deux pas du hameau, autre miracle assurément. Un abreuvoir au bord du chemin au cœur du hameau de Lesteven proche du Cap de la Chèvre. Son encoche de trop-plein est sur le petit côté gauche. Le rû saisonnier poursuit sa course au-delà avant de se jeter dans la mer plus au loin. Ces abreuvoirs sont posés sur un ruisseau dont ils retiennent l’eau et laisse échapper le trop-plein par une légère échancrure sur le bord haut opposé de l’entrée de l’eau. Cette dernière est ainsi en constant renouvellement. Sans doute ces abreuvoirs communs à plusieurs fermes étaient-ils dimensionnés sur mesure en fonction du cheptel local. Les vaches étant rares, les moutons en nombre restreint, la dépense de l’investissement était raisonnable. La presqu’île de Crozon manquait d’eau douce parfois de sorte que le moindre point d’eau était vital et sa gestion drastique. Les animaux boivent avant d’aller au pré le matin et avant de rentrer à l’étable le soir en ce qui concerne les vaches à traire. (CC Crozon)

Lavoir de La Pallud.

Légèrement en retrait su sentier qui mène à la plage. Oublié. Presque à sec ainsi que sa petite fontaine émergeant dans la végétation.

Lavoir près de Rosinec

En direction de Lostmarc’h à partir de Morgat. En bordure de route de la Palue/Kerglintin. Il est envahi par la végétation, près du hameau de Rosinec.

Lavoir de Tromel

Après le village, un sentier sur la droite conduit au lavoir.

Lavoir de Kergolezec

Au milieu du village.

 Lavoir de Losmarc’h

Il est construit sur les hauteurs dans un sous-bois avec un abreuvoir en contrebas.

Lavoir de kernaleguen et abreuvoir

A toucher Lostmar’ch. Lavoir très ancien construit avec des pierres. Un très petit chemin permet l’accès, à gauche en direction de la station d’épuration. Un autre lavoir, municipal, se trouve maintenant dans un propriété privée.

Lavoir de Kerlouantec

Le lavoir est près du gîte d’étape de Kerlouantec route de Kerbasguen en direction de Lostmarc’h. L’abreuvoir à l’entrée du village est muni d’une pompe. Le lavoir est au bout du sentier sur la gauche. 

Lavoir abreuvoir de Kerrellot –Treflez.

Le lavoir est à l’entrée du village à gauche dans une issue de champ. On peut voir l’abreuvoir, le lavoir lui se distingue légèrement en contre-bas.

Lavoir de Kergozelec.

On y accède par un chemin situé au milieu du village.

Lavoir de Kerbasguen

Il est au centre du village par un petit sentier sur la droite.

Lavoir de Kenvel

Proche du bois de Kador. Il est à l’angle de deux routes et cimenté au milieu du XXe.

Lavoir à Kersigou

En direction de crozon / Camaret et après la gendarmerie sur la gauche. Le lavoir à deux bacs , il est à 300 m à gauche.

Lavoir de  Kertanguy

La fontaine est à l’entrée du hameau sur la droite. Du lavoir il ne reste plus grand chose. On n’en voit plus que sa fontaine.

 Lavoir de Menesguen

Dans le Cap de la Chèvre par la D 255 , il faut aller à Kergonan et prendre le chemin qui mène à la fontaine. Là aussi elle alimente le lavoir.

Lavoirs anse saint Nicolas

Au cap de la Chèvre Morgat. Il y a deux lavoirs.

lavoir pointe de Rostudel

Fontaine de Kerret

Direction Camaret par la D8. Au centre du hameau. La fontaine alimente un lavoir. Elle se déverse dans les deux bacs de grande dimension. Le lavoir est au cœur du village.

Lavoir saint Pierre

Fontaine de Montourgard

Fontaine-lavoir probablement construite au 19e siècle à la périphérie sud du hameau. Sur le cadastre de 1830, un point d’eau est signalé au même emplacement. Les appuis du lavoir ont été cimentés dans les années 1950.  Fontaine couverte en moellon de grès armoricain, associée à un lavoir composé de deux bassins : un premier bassin rectangulaire de petite taille, suivi d’un grand bassin en moellon cimenté.

Fontaine de Vel Ven

A l’est de Tromel dans la tourbière.

morgat2

Cliquer pour faire défiler les photos

 

 

 

 

 

 

 



CAMARET.

Fontaine lavoir du bourg

En remontant la rue de Verdun,rue du Pré. L’eau s’écoule de la fontaine munie d’une pompe dans deux grands bacs. En  1881 elle s’appelait fontaine du Simon.  Deux grands bacs sont alimentés par l’eau de la fontaine, munie d’une pompe aujourd’hui. Il y avait une buanderie « maison de buée »  Lavoir de plan rectangulaire, appareillé en dalle de granite et constitué de deux bassins. Lavoir non cimenté, de grandes dimensions.

Lavoir et fontaine de Kermeur

Appelé aussi fontaine Piriou. Ils sont situés entre le Kermeur et la plage de Veryac’h, à 300 mètres environ des Amis de la Mer.Il faut traverser le village et prendre  le chemin de terre qui conduit à la fontaine.La fontaine-lavoir se situe au sud-est du village de Kermeur. L’ensemble se compose d’une fontaine en pierre de taille de granite, brique et ciment, ainsi que d’un lavoir entièrement cimenté.  La date qui figure sur le fronton  (1900) est celle d’une restauration. (Le chemin des lavandières M.F. Bonneau ).

 Le point d’eau est refait à neuf en 1900 afin que la source délivre une eau propre qui puisse être puisée avec un seau. Quant au lavoir, les travaux sont plus tardifs tout ceci pour un emploi qui a dû se poursuivre au 20ème siècle jusqu’à l’installation de l’eau courante dans les maisons.Le linge lavé était pré-séché dans l’herbe afin d’en diminuer le poids même si celui-ci pouvait être transporté dans un baquet sur une brouette. Souvent, les femmes transportaient le linge à dos…

 Sur la route de Pen Hir

Le lavoir à deux km du centre de vacances.

Et Lavoir de Kerbonn

Tous les deux construits aux environs de 1843. Ces deux lavoirs sont assez proches l’un de l’autre.

Lavoir de pen hir

Le lavoir et  abreuvoir du hameau de Pen-Hir porte une date en relief de 1949. Il s’agit d’un moulage en ciment inséré sur un mur en crépi. Cette date correspond à une rénovation des bassins en mortier comme pour la plupart des lavoirs de la presqu’île de Crozon. Un bassin de lavage, un autre de rinçage… L’eau reprend son cours en pente jusqu’à la plage du Veryac’h. Un peu plus à l’écart, un abreuvoir de taille modeste est lui aussi en ciment de la fin du 19ème siècle.
Ce lavoir est sans doute bien plus ancien et ne disposait pas d’un aménagement aussi spacieux et solide. Il s’agissait souvent de pierres non hourdies parmi des herbes formant un bassin approximatif au pied d’une fontaine de pierres empilées.

camaret1

Cliquer pour faire défiler les photos

 Fontaine lavoir de Keraudren XIXe

Lavoir isolé en pierres cimentées. Repérer le château d’eau peint et prendre le sentier après les maisons. Un chemin ensuite et au bout la fontaine. La fontaine-lavoir, appelée fontaine de Keraudren, se situe à l’ouest du village du même nom. Elle est alimentée par un ruisseau, qui alimente également le château d’eau construit route de Quélern. La source est limitée par un édicule modeste en moellon de grès et de granite. La couverture à double pans est le résultat d’un remaniement tardif. Le lavoir, en pierres cimentées, comprend un bassin rectangulaire et un second, plus petit. L’ensemble est en parti délimité par un muret. Bien que modeste et remaniée, cette fontaine associée à un lavoir est représentative des nombreuses autres fontaines domestiques présentes sur la commune de Camaret. Les modifications qui lui ont été apportées vers le milieu du 20e siècle témoignent de la continuité de son utilisation à cette époque.

Fontaine et Lavoir du Yeun

Vers le quai à quelques mètres sur la gauche du rond-point quartier du Styvel., du nom de la fontaine  jaillissante « styvel en breton » Il y avait ici de nombreuses sources. Situées à flanc de collines, les eaux en ont été canalisées et déversées sur la plage du Corréjou afin de nettoyage du port. Ce quartier de Camaret fut doté d’un lavoir avec une maison de buée. La dernière restauration date de 1951

Lavoir du Poteau bleu

A la sortie de Camaret vers le Fret. Un chemin y mène à partir du pied du pont de chemin de fer situé sur la gauche.

Lavoir de St Julien

Route du Fret,le lavoir imposant se trouve en haut d’un chemin abrupt. Un abreuvoir y est associé. La chapelle est toute proche.

Fontaine Lannilinen

La fontaine-lavoir dénommée « fontaine ven » , fontaine blanche, sur le cadastre napoléonien, se situe au sud du village de Lannilinen.  On la trouve sur la droite en entrant dans le village. L’ensemble se compose d’une modeste fontaine en moellon de grès et d’un lavoir cimenté à deux bassins. Le lavoir, lui, se trouve à gauche à une centaine de mètres au bout d’un chemin. Il date de 1950.

 Lavoirs de st Drigent et de st Philibert

A proximité de l’ancienne voie ferrée. L’accès en est difficile. En passant sous le chemin de fer les deux lavoirs sont à 100m plus loin.

Lavoir de kerguélen

Il est associé à une modeste fontaine.

 Lavoir de Rigonnou

Perdu dans la campagne et d’un accès difficile. Il est éloigné du village. Oublié aujourd’hui. Vers la grève,en suivant le chemin,  on distingue encore un lavoir oublié lui aussi.

Lavoir fontaine de Pen ar Yeun

A l’ouest du hameau. Le hameau de Pen ar Yeun en Camaret-sur-Mer avait plus d’importance qu’il n’en a aujourd’hui.
Pen ar Yeun montre un abreuvoir en mortier de la fin du 19ème siècle voire du début du 20ème posé à même le sol comme tous ceux de sa génération. Sa longueur laisse à penser qu’un bon nombre de bestiaux venait s’y abreuver. Le mortier de ciment est économique comparativement aux abreuvoirs d’antan creusés dans la pierre.

Lavoir route de Pen Ker

 Lavoir de  Lambezen

Il est entouré de barrières en rondins de bois.

   Lavoir de Lagadjar 

   Il sont rue des Bruyères, deux lavoirs dans un parc aménagé.

                                                 

camaret2

Cliquer pour faire défiler les photos  

Pour le souvenir

Le lavoir des Dunes face au rocher du Lion en Camaret-sur-Mer.

Les lavoirs de bord de mer furent une commodité répandue sur la côte durant des décennies. Il suffisait de créer avec peu de moyens une retenue d’eau sur un ruisseau qui s’apprêtait à quitter la dune avant de se jeter à la mer. Ensuite les conditions de lavage étaient plus ou moins organisées selon les aménagements du lavoir. Une fois la lessive faite, il fallait que la lavandière portât le linge mouillé d’une manière ou d’une autre jusqu’à sa demeure parfois très distante. Une corvée harassante qui s’ajoutait à d’autres tâches qui ne l’étaient pas moins. Ces lavoirs étaient dépendants des débits des ruisseaux qui les alimentaient. L’eau douce manquait souvent en presqu-île de Crozon, surtout à la période estivale, ce qui compliquait singulièrement l’organisation du jour de lessive et plus simplement la consommation de l’eau pour l’alimentation au quotidien.(Presqu’ile de crozon.com)

Lavoir de Lannic  

camaret3

Cliquer pour faire défiler les photos  



Leboutdutunnelestclair |
Metaypse |
suréfficient mental ( neuro... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dillinger Sud Ouest
| Ja college
| Secretdefiv